L'American Ballet Theatre à Paris

Publié le par Amélie

Jeudi soir, je découvrais pour la première fois les performance de l'American Ballet Theatre. Et oui ! L'une des plus célèbres compagnies de danse du monde est en pleine tournée européenne.

Premier spectacle de danse pour Brice. J'avais choisis un programme varié, mélangeant les styles (classique, néo-classique, jazz). Après réflexions, je me dis que j'aurais du choisir autre chose. L'ABT n'est en effet pas un spécialiste du pur classique.

Tout commence par l'acte des Ombres de la Bayadère. Je n'avais aucun moyen de comparaison, n'ayant jamais vu ce ballet. Le début m'a plutôt charmé. Un ensemble mystérieux, un pue magique, l'impression que les danseuses survolaient le sol. La magie s'est cassé net avec l'apparition des deux solistes. Aucun sentiments, aucune regards, juste de la froideur et une démonstration technique. Même le corps de ballet a perdu de sa  légererté, dès que les mouvements étaient rapides, il n'y avait plus aucun ensemble correct, ni aucune grâce.

Après cette petite déception, voila le ballet Drink to me Only Whit Thine Eyes. Un ensemble pour 12 danseurs (6 filles et 6 garçons), chorégraphié par Mark Morris sur une musique de Virgil Thomson. Pas vraiment d'histoire, juste de ensembles, solo, duo etc... Un ensemble gentil, joli, mais pas vraiment exeptionnel. Seul différence, quand le danseur Herman Cornejo a commencé son solo sur un tango. Un magnétisme, un charisme, quelque chose en plus.... Le public s'est réveillé et a applaudi spontanément à la fin du solo, ou comment repérer une vraie personnalité d'un simple soliste. Une danseuse blonde a suivit, toute en humour  et très bien aussi. Ces deux moments ressortaient vraiment du ballet, grâce à ces deux solistes.



Enfin, le meilleur de la soirée, Fancy Free. Chorégraphie de Jerome Robbins, musique de Bernstein. Le même duo gagnant que pour West Side Story. Trois marins ont une permission en 1944, et écume les bars new yorkais le temps d'une nuit.
Dès la première seconde, quand la musique jazzy a retenti et que le premier marin est entrée en faisant une roue, je me suis dit : "voila un ballet que je n'ai encore jamais vu".
Un aspect très "comédie musicale", des solistes très expressifs, une choré bourrée d'humour et très technique... Bref, un un vrai régal. Il faut dire que l'ABT exelle vraiemtn dans ce style.

Et c'est un peu l'intéret des compagnies étrangères venant faire un petit tour chez nous : l'occasion de voir des ballets inconnues chez nous, et interprété par des danseurs dont c'est vraiment la sépcialité.

En résumé : une belle soirée de danse sans être exceptionnelle. Je choisirais mieux mon programme la prochaine fois.

Publié dans Danses avec la danse

Commenter cet article