Paradise now.

Publié le

Samedi soir, ciné avec Brice pour un film dur, mais très beau : Paradise now.



L'histoire : deux jeunes hommes , habitant de Naplouse, en ont tellement marre de leur vies, se sentent tellement bloqués qu'ils  décident de devenir bombe humaine, terroriste suicidaires quoi...

Oui, je vous l'avais dit, c'est pas très drôle. Les deux jeunes gens sont enrôlés par des fous de Dieu avec leurs habituelle histoires de paradis et d'héroïsme, de Dieu tou puissant. Mais l'opération ne se passe pas vraiment comme prévue. Et alors qu'ils battent en retraite, une ceirtur d'explosif toujours attachée à chacun d'eux, l'un des deux kamikases se perd. S'ensuie un jeu de chat et de souris à Naplouse pour le retrouver, sur fond de débats, de désespoirs et d'espoirs, voir même parfois d'humour.

La grande question : est-ce que ce film prend partie ? Oui, le partie de montrer la pauvreté des villes palestiniennes occupées. Le désespoir qui y règne, ce nid à terrorisme, uen génération poussée à cette voie extrême parceq'elle ne voit plus que ça comme solution. Comme il aurait pu prendre partie de montrer les familles endeuillés israëliennes.

Film pro-palestiniens, mais pas anti-Israël. Car le public ne peut pas être du côté des kamikases. Le public ne peut pas soutenir leur thèse, leur haine.

Et le film fait réfléchir. Rien ne peut excuser le terrorisme, mais on peut comprendre comment il nait. Beaucoup de questions sont soulevés, et ils seraient difficile  de tout résumer ici. Alors allez-le voir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article