"Princesse T" ou une idée de sortie théâtre

Publié le par Amélie

Les pièces de théâtre à Paris, ce n'est pas vraiment ça qui manque. Il y a les classiques Comédie Française, Théâtre de l'Odéon & Co. Il y a aussi les acteur(rice)s reconnu(e)s qui passent quelques mois sur les planches pour se reposer des plateaux de cinéma, et qui font assidument leur promo sur tous les talk-show.

Oui, mais pour sortir des sentiers battus, découvrir de nouveaux acteurs ou auteurs, où aller ? Parce que des pièces de théâtre à Paris, il y en a pleins, et un bon paquet de mauvaises, il faut bien le dire.

Princesse T de Cyril Drouet et Sander Cohen n'est pas la meilleure des pièces présentées en ce moment. Mais pas la plus mauvaise non plus. Et à vrai dire, si vous ne savez pas quelle pièce de théâtre aller voir, pourquoi ne pas tenter celle-ci ?

Bon, je vous fais un petit coup de spitch : Martin est un brillant avocat. Carrière au top, femme dévouée, deux petites filles qui n'ont pas l'air d'avoir de problèmes comportementaux. Alors comment se fait-il qu'au début de la pièce, on retrouve Martin douze ans plus tard, en prison ? Et qui plus est qui tente de se suicider la veille de sa libération ?

La pièce résout cette énigme avec du début à la fin deux histoires qui s'entrecroisent : celle de Martin, sa vie et son bonheur, et celle, 12 ans plus tard, de deux adolescentes, que l'on devine vite être les deux filles de Martin.

Le problème avec ce genre de narration en deux histoires, c'est que souvent, le moment où elles ne font plus qu'une se fait un peu attendre. Et là, ça ne rate pas. La majeure partie de Princesse T est bien construite, jusqu'à ces 10 petites minutes où l'on se demande où vont nous emmener ces deux histoires, et que ça commence à faire un petit peu long tout ça. Heureusement, ça ne dure que 10 minutes. Les deux trames se rejoignent finalement dans un ensemble bien construit qui laissera songeur le spectateur, la fin pouvant prêter à plusieurs interprétations.

Je ne suis pas experte en mise en scène (pas plus qu'en théâtre contemporain soit dit en passant). Celle de Princesse T est à l'image de la pièce : pas transcendante, mais plutôt efficace. Deux choses m'ont néanmoins gêné. D'abord le début. Les acteurs sont déjà sur scène quand les spectateurs arrivent. Ils fixent ces derniers d'un regard lourd, avant que les lumières ne s'éteignent et qu'ils regagnent les coulisses pour que la pièce commence. Y parait que c'est pour plonger dès le début les spectateurs dans l'ambiance. Personnellement, je n'en vois pas trop l'intérêt. C'est un truc utilisé dans un nombre incalculables de pièces, déjà vu mille fois, et qui représente pour moi le cliché suprême du théâtre contemporain chiant. Ouais, en gros, ça m'a plutôt donné envie de fuir. Mais résistez, parce que la pièce en elle-même est beaucoup mieux que son introduction.

Autre truc qui m'a moyen plu, c'est le parti pris de montrer toutes les actions au lieu de les suggérer. Alors que je trouve que l'inverse est beaucoup plus efficace. Je n'ai jamais autant eu peur que devant un Hitchcock où on ne voit jamais le coup de couteau de face. En même temps, j'ai vite peur devant un film, je vous l'accorde, je sursaute même face aux Indestructibles. Dans le cas de Princesse T, je trouve que le tranchage de veine dès le début, face au public, n'était pas forcément nécessaire, l'émotion aurait pu être transmise de façon bien plus efficace si tout ça avait été plus suggéré que montré de face. Enfin, chacun ses goûts.

Malgré ses défauts, Princesse T est tout de même à tenter pour la raison bien simple que ça tient la route. L'histoire est bien construite, le suspens présent, les émotions sont là, c'est drôle et touchant à la fois lorsque l'histoire se fixe sur les adolescentes, les personnages sont attachants et plutôt bien dessinés, les acteurs se défendent très honorablement (surtout les 2 ados et le meilleur ami névrosé), la mise en scène est efficace. Et que tout ça mélangé donne un ensemble pas mal du tout. Et que s'il vous faut des raisons supplémentaires : la salle a un charme très agréable, c'est en plein cœur de Bastille, et vous ferez une bonne action en soutenant des jeunes comédiens qui cherchent à se faire connaître.

Bon, sinon, je vous préviens quand même, de temps en temps, ça parle de viol, d'inceste et de show-room gay hyper glauques. Donc évitez d'y aller un soir de grosse déprime.

Princesse T est donné jusqu'au 11 janvier à La Folie Théâtre. Plus d'infos sur le site officiel.
Par contre évitez de regarder la bande-annonce bien kitch, qui donne plutôt envie de s'enfuir à toutes jambes que de tenter le coup.

Commenter cet article