Imaginez-vous...

Publié le

Votre seul problème est de débattre si il y a trop de mistral ou non (Les rafales de 50km/heure, c'est pénible... oui mais quand il n'y a pas de vent, on meurt de chaud et blablabla... ).

La maison est encore en travaux, mais elle a quand même bien progréssée, et tout le monde s'y sent bien

 

Et imaginez-vous au bord de la piscine. Le rituel est immuable. Après avoir grillé, ou vous êtes activé, vous décidez de prendre un petit bain rafraichissant. Loie de la nature oblige, la différence de température entre l'eau et l'air étant grande, l'entrée va être dure.

Passage à la douche, un bras, l'autre, et vite la tête. Là, vous êtes trempés, alors autant y aller, et vite. On descent donc les escaliers de la piscine à toute vitesse, en agitant les bras - et accessoirement en éclaboussant tout le rebord. On plonge - accessoirement en hurlant que c'est froid. Et on y va

1ère longueure : un froid vous saisis, tétanise vos muscles, mais vous continuez, courageuse.
2ème longueure : vous vous demandez combien de temps vous allez tenir.
3ème longueure : on commence à s'y faire
4ème longueure : vous commencez à être carrément bien
5ème longueure : vous nagez dans une eau à température idéale. Au-desus de vous, un ciel bleu sans nuage, et le soleil qui caresse votre visage. Les seuls sons qui proviennent à vos oreilles sont les cigales, l'eau qui bouge, et les pages d'un livre qu'on tourne (pour moi de Libération à Voici, en passant par le 1er tome du Seigneur des anneaux). Vous voyez des oliviers, des vignes, des chênes, une maison toute juste rénovée. Les odeurs de la Provence se mêlent à celle du barbecue qui se prépare....
6ème longueure : vous interpelez les peureux qui sont restés au bord : allez viens, au début elle est froide, mais on s'habitue vite !

Puis vous sortez , et gagnez le droit à l'un des meilleurs moments : se faire sécher au soleil. Et les premiers jours, vous gagnez aussi le droit de vous tartiner de biafine le soir venu.

Eh oui, le soleil tape fort en Drôme Provençale. Malgrés toutes mes précautions, je n'ai pas échappé au t-shirt pour me baigner le 3ème jour, tellement mon dos était rouge. Le dernier jour, j'avais homis de mettre de la crème solaire, le temps étant instable, et je commençais à bien bronzer : erreur ! Au bout de 2h, une charmante couleur écreuvisse a commencé à faire son apparition !

On ne voit pas passer les journées entre la pisicne, les jeux de cartes entre cousins, les balades, les marchés, les arrosages, les débalement de cartons, la glandouille, les parties de trou duc'c à point d'heure... Je n'ai pas vu passer les 10 jours, et ça recommencent lundi prochain pour une petite semaine !

Publié dans Danses avec moi

Commenter cet article