Paris, je t'aime quand même.

Publié le

Voila, c'est finis. Sans avoir commencé.



Tout s'annonçait bien. Le meilleur dossier possible. Devant la tv avec ma mère sur les coup de 12h30, on voit les 3 villes se faire éliminer, Paris aller en finale. Et l'idée : Et si on allait à l'Hôtel de Ville ?
Et nous voila partis, le métro arbore fièrement les couleurs des JO, et du superbe logo, sûrement le plus beau.

Sur le parvis, une foule, 10 000 perosnnnes. Bonne ambiance, très bonne ambiance.
L'attente, les cris, les bravo....
Et l'annonce, le nom qui claque : London. 

Clameur du public, cris de déception, et immédiatement, tout le monde se retournent vers le métro. Beaucoup râlent, la colère. Pourquoi pas nous ?

Il est clair que nous avions le meilleur dossier. 54 voix contre 50 ... Simplement, Londres est dans l'air du temps actuellement, et pas Paris.  Depuis le 29 mai. Tony Blair est un as du lobbying, et peut-être de la magouille. Chirac n'a plus auucne crédibilité, et ses remarques déplacées au G8 ont certainement coûté les 3 voix qui manquaient à Paris pour passer.
Celui-là, à part la démission, je vois pas trop ce qu'il pourrait faire.

Quel gâchis, on avait tout pour gagner, tout. Cela s'est joué sur des données non-sportives, qu'on ne maîtrise pas, et qui comtpe beaucoup : l'air du temps.

Mauvaise année 2005 pour la France, vivement le réveillon pour oublier tout ça.

Dans le métro au retour, plus aucun panneau, je en sais pas comment ils ont fai. Une petite fille tient la main de son papa, un drapeau français soigneusement plié à la main.  Avenue de Clichy, la futur-ex plus belle avenue de Paris, les commerçants ont tout enlévé. Il reste quelques affiches, j'en chope un, pour le souvenirs. Tant pis pour notre cher quartier des batignolles.

Quel gâchis...

Publié dans Danses avec l'actu

Commenter cet article