Prison Break, saison 1 : bilan

Publié le par Amélie

Le final a eu lieu mercredi dernier

Alalalalalalala

*soupir*


Que c'était bien ces soirées Prison Break.

*soupir en y repensant*

J'ai donc fait partie des 7 millions macros à cette série géniale et nerveusement insupportable.

C'était par moment gros comme une maison, totalement pas crédible et surréalisme. mais c'est pas grave, je restais à fond dedans.

C'est une des grandes qualités de cette série. Le rythme, le suspens. Il m'est arrivé de rater quelques épisodes. Il me suffisait de 5 minutes pour retomber dans le bain. Certains détails m'échappaient forcément, (notamment sur le grand complot), mais ça n'a aucune importance. On trépigne, on hurle, on frémit. Même si on connait la fin, même si on ne comprend pas tout. La réalisation, la construction des épisodes rendent accros. Un sentiment qui s'accentue énormément sur la fin de la saison.

Surtout les deux derniers épisodes rahhhhhhh !

Un sentiment aussi d'être pris à la gorge plusieurs fois. Notamment lors de la presque mise à mort de Lincoln. Là aussi c'est un peu gros comme une maison (gros plan sur l'eau qui coule sur son visage...), mais ça reste efficace...

*soupir, pourrais-je attendre sereinement cette deuxième saison ?*



Il fallait me voir trépigner, hurler au moment du générique, m'exclamer un "qu'il est douéééééé" face à une nouvelle trouvaille de Michael Scofield.

Michael Scofield, parlons-en. Un personnage tout en profondeur et touchant, aux multiples facettes. L'acteur Wentworth Miller est d'ailleurs assez formidable. Non seulement d'être un bon acteur, quoiqu'il fasse (se faire crame le dos en se mordant sa main pour ne pas qu'un policier l'entende hurler, envoyer une vanne, être désespéré, venir en aide à quelqu'un, pleurer, se concentrer, avoir une super idée, embrasser le docteur Tancredi...) il sait reste sexy en diable.

*soupir*

J'ai beaucoup aimé la bande de prisonniers, tous des personnages assez intéressants. La vice-présidente prend aussi du galon au fur et à mesure de la saison. Le docteur Tancredi m'a également beaucoup intéressée, contrairement à Véronica, assez ennuyeuse.

Je m'étais dis au début de la soirée que je ne regarderais que le final. Bon, le final se finissant sur les cinq prisonniers courant comme des lapins dans la nuit sur la musique angoissante, je n'ai pas pu résister aux plaisir de regarder le début de la saison 2. Qui a l'air pas mal du tout. Différente, mais aussi bien ficelée.

Verdict dans j'espère pas trop longtemps.

Publié dans Danses en série

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article