Soirée Lifar/Malandain

Publié le par Amélie

Hier, c'était soirée de ballets au palais Garnier, "Soirée Lifar/malandain".

Une annonce parue sur les murs du centre de danse Odums. Des places 3ème catégorie vendues bien moins chères, un coup de tel et c'était parti. Avec Helen et Anne hier, je suis retournée à l'Opéra, ce que je n'avais pas fait depuis cinq ans ! De bonnes places en plus, très près de la scène, mêeme si un petit bout du plateau nous était caché.

Cette soirée de ballets était bien agréable, très réussie même. Bien sûr, il n'y avait pas autant d'émotions qui passaient que pour un "Roméo et Juliette" par exemple. Mais beau spectacle, très bons danseurs, beaux costumes, bons coprs de ballets, beaux décors. Des ballets très techniques qu nous font dire que, quand même, quoi qu'on en dise et même si on le critique beaucoup, on a de la chance d'avoir le Ballet de l'opéra de Paris, peu de compagnies dans le monde pourrait offrir un tel spectacle.

La soirée commence avec "Suite en blanc" de Serge Lifar. Que de la technique. Démonstration du style classique, mais si les interprètes n'ont pas une technique irréprochable, ça fout tout par terre. Tout en tutus ou chemises blancs très jolis. La grande classe française.
Ce ballet est composé de plusieurs numéros. La "Sieste" était pas mal sans me laisser des souvenirs impérissables. Puis "Thèmes varié" avec Cozette (pas mal) et le duo des cheveux au vent, soit Ganio et Moreau. Ma prof est fan de Ganio. Ok, je comprends pourquoi. Vient "Sérénade" avec une très prometteuse Myriam Ould-Braham, tout en légèreté et virtuosité. Puis le "Pas de cinq" avec la très jolie Fanny Fiat, très impressionante. Ensuite, mon coup de coeur, la "Cigarette" avec Agnes Letestu... impériale, sublime, je sais pas trop quoi dire. Une Grand Etoile.



Puis la "Mazurka" avec un JG Bart élcatant. L"Adage" ensuite m'a déçu, avec Dupont et Legris. La posedu départ était magnifique, le regard de Dupont éclatant, très charismatique. Puis après, j'ai trouvé qu'elle s'éteignait petit à petit. Bof. Enfin la "Flûte" avec Osta, pas mal.
Le final était superbe. Je retient une courte-mais intense-descente des 4 Etoiles Hommes. Des moments  où on se dit que oui, on a de la chance d'avoir de tels solistes.

Deuxième ballet : "l'Envole d'Icare" de Thierry Malandain. Crétion contemporaine très réussie. Le mythe du labyrhinte, le Minautore, Ariane et son fil et Icare qui se brûle les aile. Benjamin Pech était particulièrement brilalnt en soliste.

Troisième et dernier ballet : "Les Mirages", encore de Lifar. Un livret un peu simpliste, mais très réussi. Et ça tient surtout au couple star : Nicolas Le Riche et Marie-Agnes Gillot. Le Riche, je l'aimais déjà beaucoup, donc je me doutait qu'il allait être génial ! Hyper investi dans son rôle, très brillant, la grande classe. Gillot, je ne l'avais jamais vu danser. La révélation. Elle était tout simplement hypnotisante. la Grande Classe aussi. J'ai compris pourquoi ellle avait autant de fans ! Je retient aussi Hurel dans le rôle de la Chimère, très espiègle, et Paquette dans celui du marchand, très brillant aussi.

Au final donc, une très belle soirée. Allez-y si vous pouvez y aller ! Cette soirée a en plus le mérite d'être , à mon avis, très accessible à ceux qui ne connaissent rien à la Danse (plusieurs ballets cours, très différents les uns des autres, très brillants...)

Sinon, ma dernière réflexion : quand est-ce qu'on remet ça ?

Publié dans Danses avec la danse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article