Jour de tournage III

Publié le par Amélie

Allez, en avant pour le dernier jour de tournage, histoire de vraiment tourner la page.

Belle soirée, mais peut-êre moins que les précédentes. Pas de gros coups de coeurs, comme Nutini ou Razorlight des autres jours. Peut-être parceque par hasard du planning, j'ai moins eu le temps d'assister aux répétitions.

On commence avec Charlotte Gainsbourg, qui chante en duo son single avec Neil Hannon des Divine Comedy, qui lui a écrit le texte. Hyper traqueuse la Charlotte, et ça se voyait à l'écran. Elle a été très à l'honneur, en chantant trois de ses chansons. Peut-être un peu trop pour ce que c'est.

Après son duo arrive le chanteur Donavon Frankenreiter, le country-boy super bien. Qui continue à faire de la musique et s'hailler en 70's, mais ça le fait à fond. !

Il revient pour chanter un duo avce Patrice : "Imagine" . Le meilleur moment de la soirée. 2 guitares-2 voix. C'est incroyable de pouvoir réinventer à ce point là cette chanson tellement connue, je ne pensais pas que cela était possible... Très émouvant.

Ab Al Malik ensuite, qui fait, je crois, du slam. Un texte parlé sur de la musique un peu jazz, sur lui, son adolescence, le racisme... Très poignant, un regard et une présence incroyable. Ce n'est pas trop mon style de musique, mais ça fout des frissons.

Le groupe Orson. Artistes dont j'étais chargé, très cool. J'ai fait un article sur eux il y a quelques temps. Ce qui est marrant, c'est qu'ils font de la musique plutôt "d'jeunes", mais quand on les voit de près, ils ont l'air pour certains de trentenaires un peu décrépits, avec un peu de brioche et tout... Mais très sympa comme moment.

La deuxième émission commence avec Bénabar pour son new ssingle "4 murs et un toit". C'est vrai qu'il a une mimique sur scène... assez inimitable, très Garou dans "Notre-Dame de Paris". Chouette moment, mais pas forcément très différent du cd.

Laurent Voulzy ensuite. On s'occupait de lui avec mon binôme, et c'était bien galère. Car 10 musiciens qui partaient dans tous les sens. Seule chose positive : 6 étaient facilement reconnaissables, car musiciens de cordes, donc toujours un instrument sous le bras. Sauf qu'ils devaient descendre sur le plateau toujours plus tôt pour s'accorder.

Bénabar revient pour chanter "Boomerang" avce Elsa. pas forcément génial pour lui. Mais pour elle, une raison de plus de reconnaître son charisme et son très jolie timbre de voix. Elle mérite vraiment beaucoup plus de succès que se qu'elle a actuellement;

Arrive ensuite les Pipettes. Un groupe de jeunnettes anglaise qui  jouent sur la vibe 60's. ça casse pas trois pattes à un canard, mais c'est très sympathique, et donne une furieuse envie de danser. ça swingait bien d'ailleurs dans les coulisses.

Elle reviennent avec la Grande Sophie pour "These boots are maid for walking", un duo bien chouette, ça fonctionnait très bien ensemble.

Kaolin ensuite, un groupe de ppo français, assez banal je trouve. Un artiste auss à notre charge. Je dois avouer qu'on leur a peut-être accordé un peu moins d'attention qu'à Orson ou Laurant Voulzy. Ils étaient sympa et sans histoire en coulisse.

Les têtes la claque ensuite : Naast. Les gamins lycéens qui se sentent plu péter, qui se la jouent à fond, et surtout, qui n'assure pas du tout sur sècne, surtout le chanteur.

La soirée se finit par Lolo Voulzy, avec une très jolie reprise de "Everubody's got to lern sometimes", même si je préfère la version de Zucchero.

Et voila ! Rendez-vou sur France4 dès octobre pour voir ce que ça rend face au petit écran !

Publié dans Danses avec le La

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article