Le CPE.

Publié le

Et oui, difficile de passer à côté. Il fallait bien que je me mette aussi au jeu préféré des Français en ce moment : essayer de répondre à la question "Etes-vous pour ou contre le CPE ? "

Et bien pour ma part, moi, djeune de bientôt 24 ans et sur le marché du travail dans quelques mois, je vais pencher vers le POUR.

Globalement, il y a des choses à redire à ce contrat. Et d'abord la stigmatisation des jeunes. Comment peut-on parler d'égalité s'il y a des différences entre plusieurs classes d'âge ?
Ensuite, indéniablement, le CPE agit comme un retour en arrière en matière de protection sociale.

Et pourtant, je suis POUR.

Parceque la situation actuelle n'est pas la même qu'il y a 20 ans. Quand on a plus de 20% de chômage chez les jeunes, un taux de cette même jeunesse en CDI extrêmement bas, il faut bien faire quelque chose. Et que ce qu'on faisait avant, la maxi-protection, ne marche plus actuellement.

Il suffit de regarder les autres pays européens. Voila bien longtemps qu'ils ont une forme de CPE chez eux. Et, chose incroyable, leur chiffre "taux de chômage chez les jeunes" est plus faible que chez nous. Sans tomber dans la dérive anglaise qui a un taux de précarité monstrueux, je suis sûre qu'il existe un juste milieu. Pousser les patrons à embaucher, limiter la maxo-protection, mais ouvrir le marché du travail.
L'équation peut être jouable !

Le CNE a créé pour l'instant plus de 80 000 emplois. Le CPE ne pourra sûrement pas faire d'essai,  étant officieusement enterré maintenant. Peut-être le Contrat de Travail Unique de Sarko en 2007 ?

Un truc que je ne comprends pas chez les "anti-CPE" : de crier qu'un CPE est pire que le chômage. Je me demande comment on peut arriver à dire ça, à dire qu'un contrat de travail est pire que de ne pas avoir de boulot. Je me demande si ceux qui scandent ça connaissent réellement la réalité du monde du travail.



Notre tranche d'âge aura des problèmes, entre la crise et les retraites de nos parents à payer. Il faudra faire des sacrifices à un moment donné. Et je préfère faire des sacrifices à 20 ans qu'à 50.

On a l'impression que les gens hurlent contre le CPE parcequ'ils ont peur de l'avenir. Je préfère me retrousser les manches plutôt que de hurler. Et oui, notre réalité, c'est ça. Aors autant bosser maintenant pour que ça aille mieux ensuite, plutôt que de croire qu'on pourra revenir aux 30 Glorieuses.

On a l'impression qu'en France maintenant il est impossible de faire la moindre réforme, sans avoir le peuple entier dans la rue. Comment avancer dans ces conditions ?

En cours jeudi dernier, on discutait de ce qu'on voulait faire, et nous étions plusieurs attirés par l'Etranger. Notre argument principale ? "On est dans un pays de déprimés, on veut voir ailleurs". Le célèbre malaise français de ces dernières années, je le ressens de plus en plus. Mais moi je ne suis pas déprimé, je veux avancer, et qu'on me donne les moyens pour avancer.

PS : cet article aura peut-être fait fuir quelques lecteurs. Mais ne partez pas ! Très bientôt, je ferais un article sur les blocages des universités ^- ^

Publié dans Danses avec l'actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Helen 10/04/2006 11:20

Je ne fuis pas, mais je ne lancerai pas de débat...
LoL