Lectures estivales

Publié le par Amélie

J'ai plus d'un mois de retard sur tout le monde, et c'est mon choix (ta taa ta taa ta taaaaaa).

Cet été, trois livres et deux nouveaux auteur(e)s pour moi.

Une pièce montée de Blandine Le Callet. Un mariage bourgeois. Et plusieurs personnes pour le raconter. Tour à tour la demoiselle d'honneur de 8 ans, la mariée, la belle-sœur, un ami, le prêtre et quelques autres décrivent de leur point de vue la cérémonie. Elle devait être parfaite, et pourtant pleins de petits grincements apparaissent par ces récits, une petite fille trisomique mise de côté, une grand-mère peu écoutée, des sentiments oubliés pour glorifier le paraître. Le mariage est un spectacle où les invités sont les spectateurs et les acteurs. Petit à petit, cette famille bourgeoise en apparence parfaite dévoile ses failles et un énorme secret de famille.
J'ai dévoré en quelques jours ce livre, admirative devant la capacité de l'auteure à se glisser dans la peau de personnages si différents. Un argument qui paraît simple mais donne pourtant une histoire brillante et très riche.

Les désarrois de Ned Allen de Douglas Kennedy
. Ned Allen est un brillant vendeur d'espaces publicitaires dans une revue informatique. Son boulot lui offre de belles perspectives, tout roule avec sa chérie, il habite à New York. Sauf qu'un jour, tout bascule. Ned est licencié brutalement, sa femme le quitte, et criblé de dettes, il se retrouve sans le sou. Complètement aux abois, il se jette sur l'offre d'un vieil ami qu'il n'a pas revu depuis des années. Sauf que ce nouveau boulot pourrait bien être la pire des choses qui lui soient arrivées. A partir de là, l'histoire devient un roman économico-policier, prenant mais devenant vite surréaliste, et avec une fin qui arrive un peu bon gré mal gré.
J'ai beaucoup aimé la première partie. Les personnages sont particulièrement bien sentis, la violence de la chute de Ned est prenante, émouvante et en même temps plutôt drôle. La deuxième partie m'a moins convaincue. Si elle se lit aussi rapidement par une excellente maitrise du suspense de la part de l'auteur, on ne croit pas vraiment en ce complot économique. Et devant la complexité de l'histoire, le caractère des personnages passe au second plan et donne un ensemble moins riche. J'ai cependant passé un bon moment, et vais sûrement tester d'autres livres de Kennedy.

Orgueil et préjugés de Jane Austen. Que dire de plus sur ce livre ? Encore une fois, je suis embarquée dans l'univers de l'Angleterre du début du XVIIIe siècle, dans les turpitudes des personnages, dans leurs sentiments et leur façon d'agir parfois si modernes, dans l'écriture souvent acerbe et moqueuse de Jane Austen.
Si j'avais beaucoup apprécié le film, je me suis rendue compte à la lecture du livre qu'il y manquait quelques aspects importants de l'œuvre. Le personnage d'Elisabeth est dans le film une jeune fille romantique. Dans le livre elle apparaît en plus comme incroyablement moderne pour son temps, se moquant parfois des traditions et voulant vivre comme elle l'entend et selon ses sentiments. Ensuite, le désaccord permanent entre les parents Bennet, qui n'est pas présent dans le film. C'est dans le livre l'un des ressorts comiques importants, et en même temps l'occasion pour l'auteure de se moquer des personnalités superficielles. Je dois dire que Mr Bennet est devenu mon personnages préféré du livre. Derrière Elisabeth et Darcy, bien sûr.

Je dois avouer que depuis, je ne me suis lancée dans rien de nouveau. Un peu en manque d'idée.

Publié dans Danses avec le A

Commenter cet article

Helen 18/10/2008 16:45

Coucou!Juste en ce qui concerne les Désarrois de Ned Allen, les autres bouquins de Douglas Kennedy sont vraiment biens!Je te conseille Les charmes discrets de la vie conjugale ou encore A la poursuite du bonheur, qui est vraiment vraiment vraiment bien.A part ça je n'ai pas le net chez moi, je profite de la connexion d'une amie.Bisous!

Amélie 20/10/2008 00:10


Merci du conseil ! J'espère que ton accès Internet sera vite arrangé.