Le petit bilan d'actu 7

Publié le par Amélie

Le 1er septembre a à peine sonné que ça y est, c'est reparti.

- Rachida Dati qui fait un bébé toute seule. Ceux qui ne sont pas au courant sont soit partis 6 mois au Pôle nord, soit ne jettent jamais un léger coup d'œil aux magazines pipoles en achetant Le Monde.
Sans prendre en considération ses différentes mesures, savoir si elles sont bien ou pas (je ne m'y connais pas assez pour me prononcer), j'aime bien ce personnage. C'est une femme qui vient de nul part, qui s'est faite une place à coups de coude, qui a vécu des choses pas faciles (un mariage plus ou moins forcé tout de même), et qui ne s'excuse pas d'être à cette place. Elle assume ses positions, son jeune âge, son rouge à lèvre et ses tenues fashion qui lui valent de nombreuses critiques (parce qu'avoir trop la classe et être en même temps intelligente, c'est vrai, c'est plutôt suspect). Le fait qu'elle soit enceinte est plus rebelle et plus courageux qu'il n'y paraît. Parce que n'oublions pas que son électorat est de Droite, et donc aux habitudes en général un peu plus conservatrice. Avoir un enfant à 42 ans, sans être mariée, sans avoir de relation stable annoncée, en déclarant même avoir "une vie privée compliquée", au sein de ce Gouvernement, ça ne doit pas non plus être évident.
Déjà, les rumeurs vont bon train concernant l'identité du père. Les journaux espagnols ont déjà déclaré qu'il s'agissait d'Aznar. Je parie sur une nouvelle rumeur par semaine jusqu'à son accouchement.

- Le vrai visage de Sarah Palin. Quand John McCain a présenté au monde sa colistière, tout le monde a cru qu'il s'agissait de la Annie Camden puissance 1 000 (et anti-écolo en prime) de la campagne. Erreur. Deux jours plus tard, on se rend compte que Sarah Palin sera en fait le personnage comique de la campagne. Sa fille de 17 ans serait en effet enceinte. Pour une femme qui défend des valeurs ultra-conservatrices, ça le fait moyen tout de même. Ensuite, et toujours dans la même semaine, Sarah est accusée d'abus de pouvoir. Au moins un bon point : tout le monde la connait maintenant, alors que le colistier d'Obama, qui pourrait me citer son nom sans zyeuter sur Wikipédia ?

- L'article de Paris Match sur les talibans responsables de l'attaque des soldats français en Afghanistan. A vrai dire, si les autres médias n'en avaient pas parlé, ça serait presque passé inaperçu. Pour ce numéro de Paris Match, c'est Mélissa Theuriau qui fait la Une. L'annonce du reportage est en petit, en haut à droite.
Concernant l'interview même, les journalistes de Paris match font preuve d'une étonnante retenue. Contrairement au reportage qui suit sur les massacres des civiles avec moult récits de massacres, photos sanglantes à l'appui.
Le journaliste relate vite fait son parcours en jeep pour aller jusqu'aux talibans, et lors de l'interview, leur laisse étaler leur discours de propagande habituel ("Si vous restez on vous tue tous, et on organise des attentats sur votre sol. Et on en a les moyens, ha ha ha", en gros). Les photos montrent quelques combattants, certains ont une veste militaire des Français sur le dos, images choquantes pour les familles.
Je dois dire que je suis un peu fatiguée par toutes les réactions négatives concernant ce reportage. De Philippe de Villiers qui parle de haute trahison (et pourquoi pas remettre au goût du jour le peloton d'exécution pendant qu'on y est), à ceux qui s'étonnent que des journalistes peuvent trouver les talibans alors que l'armée française les cherche toujours. On a toujours en tête une image archaïque des talibans. Faux. Ce sont des gens qui connaissent parfaitement les mécanique de la com'. Parler de nous quoi qu'il arrive, et les journalistes sont des gens qui peuvent se révéler très utiles. Les deux reporters étaient des habitués de l'Afghanistan, et leur interview était, je trouve, plus informative qu'autre chose, et donc intéressante. En gros, en dévoilant clairement leur discours, elle rappelait au public ce que sont vraiment les Talibans (des gens complètement embrigadés, sans logique, qui tirent sur tout ce qui ne leur ressemblent pas), et le reportage finalement devenait très pro-guerre (combattre les talibans est une bonne chose, regardez comme ils sont dangereux).
Quand au choc des photos sur le public, je crois qu'il en a vu des bien pires de la part du magazine.

- Les JO. paralympiques. On aurait tendance à l'oublier, mais les J.O. handisport ont débuté le 6 septembre. Et pour la première fois, les médaillés handicapés recevront la même prime que les athlètes valides. Et en plus, il parait qu'on a vachement plus de chances de médailles d'or en handisport quand J.O. classique (qui a dit : "C'est pas bien compliqué" ?).
 
- La rentrée des classe. Franchement, maintenant que vous n'avez plus de rentrée depuis belle lurette, vous n'avez pas eu un petit pincement au cœur en voyant ces petits bouts de chou qui rentrent tout fiérots avec leur nouveau cartable sur le dos ? Grosse nouvelle cette année : les écoliers n'auront plus cours le samedi matin. Et moi, ça me fait bien marrer, parce que je n'ai jamais eu école le samedi matin, mais le mercredi matin, et que je me demande encore comment tous les parents français avaient la force de se lever à 7h30 un samedi sur deux.

Publié dans Danses avec l'actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alice 10/09/2008 15:05

Je ne suis pas du tout fan de Dati mais je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il est choquant qu'elle doive justifier ses tenues vestimentaires et sa vie privée. C'est sa vie, qu'elle soit enceinte ou pas, mariée ou pas, je m'en fiche complètement.Quant aux JO paralympiques c'est une honte de ne pas plus en parler. Les handicapé-es seraient-ils/elles moins important-es et médiatiques que les valides? Il y a vraiment du chemin à faire vers une égalité de tous et toutes les citoyen-nes.Pour la rentrée des classes, c'est ma 2eme année sans rentrée et après toutes ces années d'études j'avoue que non, pas de pincement au coeur mais un réel soulagement (ça sera peut_être pas pareil quand j'aurai 50 ans)