Déclaration de haine à...

Publié le par Amélie

... Pascal Obispo
Et oui, comme ça, dès fois ça me prend. Je m'apprêtais à faire un article sur les quelques blogs que j'aime bien en ce moment, et voila que je tombe sur L'Important c'est d'aimer par la fenêtre des voisins. Il n'a fallut que quelques notes pour raviver le sentiment d'abjection total que j'éprouve pour ce chanteur. Et comme je sais qu'il ne fait pas bon garder toutes ces mauvaises ondes pour moi, je dois me défouler ici pour garder mon équilibre mental.

Entre
Pascal Obispo et moi, je dois bien avouer que ça avait plutôt bien commencé. 1997, j'ai 15 ans, l'âge con, et j'écoute en boucle sa chanson Lucie (ou plutôt Luciiiiiiiiiiiiiiiiiiie). En ce temps là, Pascalou n'est pas vraiment ce qu'on appelle un beau gosse (mais l'est-il devenu depuis ?). Cheveux rares et gras, un no-look conceptuel, une voix suraigüe. Mais j'accroche à ses chansons romantiques. Après Lucie vient Où et avec qui tu m'aimes, suivi de son live Assassine (ou plutôt Assasssiiiiiiiiiiiiiiiiiine, c'est décidément un tic chez lui). Je regrette de ne pas l'avoir vu en concert. En 1999 sort son album Soledad, et j'aime sa chanson d'une mièvrerie insupportable L'important c'est d'aimer. Je dirais même que je guette les articles de Voici où on le voit avec sa mannequin de fiancée. Bref, le début de la fin.

Et puis arrive le premier grain de sable dans notre relation, à savoir la chanson Soledad qui me laisse de marbre. Mais tout est vite oublié par sa comédie musicale Les 10 Commandements. Devant vous je vous le confesse, j'ai aimé Les 10 Commandements. J'ai acheté le single, je me suis fait offert le DVD que j'ai regardé une multitude de fois. Je connaissais le spectacle presque par cœur. Au moins j'y ai découvert Yael Naïm, à quelque chose malheur est bon. Bref, non seulement
Obispo ne me débectait pas, mais en plus j'aimais vraiment et sincèrement beaucoup ce qu'il faisait.

En fait, mon rejet obsipoien est venu d'un coup, en 2001. Il y a d'abord eu la chanson Noël ensemble, que j'ai trouvé juste insupportable de mièvrerie. Et surtout Millésime. L'horreur condensée en une seule chanson, qui se termine par un sourire à faire peur de
Pascalou. J'ai rarement entendu autant de dégoulinant sirupeux en trois minutes.
A partir de là, rien ne va plus. Dommage, c'est à ce moment là qu'il commence à écrire pour tout le monde. La soupe envahit la chanson française. En plus, je déteste tous ces animateurs qui se pâment devant ses "Talents d'auteur-compositeur". Non monsieur, les textes sont signés Lionel Florence, Obispo n'est responsable que des musiques dégoulinantes.
Tout chez lui me parait surfait, de son look à sa manière d'être, de ses goûts musicaux en passant par ses engagements caritatifs. Goldman disait de lui : "Il veut qu'on l'aime, alors il fait tout pour qu'on l'aime". Et c'est exactement ça. Il fait les choses pour plaire au public, pas parce que ça lui plaît, lui. Il joue au faux rebelle. Déclare dans la presse que "La Star Academy tire la chanson française vers le bas", mais s'empresse de venir sur le plateau de la Plaine-Saint-Denis taper dans le dos de Nikos.

Le summum est atteint avec Fan. D'abord, le refrain cette chanson n'est pas grammaticalement correct. Ensuite, il fallait voir son discours d'une prétention rarement atteinte. Oui, j'aime ce côté les fans d'un côté de la barrière et nous de l'autre. Un orgueil insurmontable. Toutes ses prestations télé me hérissent le poil, sa manière d'être m'insupporte. La petite tresse chinoise, la canne qu'il fait tournoyer... Il parait que sa femme l'a plaqué.
Obispo est donc en pleine crise difficile de la quarantaine, je ne vois pas comment expliquer cela.

Bref, c'est la haine déclarée face un personnage que je considère comme mauvais compositeur, mais ça c'est excusable, mais surtout incroyablement pédant et doté d'une tête beaucoup trop énorme pour son faible talent.

Obispo s'est fait plus discret par la suite. Aux dernière nouvelles, il parait qu'il prend sa retraite pour se consacrer à l'écriture pour d'autres. Bon, on entendra toujours sa soupe, mais au moins on ne le verra pas trop.

Quoique. Son omniprésence aux Enfoirés 2008 m'a en grande partie gâché le spectacle. Goldman est sur le départ, on le sait. Et si c'était
Obispo qui reprenait la direction artistique de ces fameux concerts ? Je n'ose même pas y penser. STP Jean-Jacques, reste au moins pour éviter ça.

Ouf, voila ça va mieux, je me sens comme soulagée d'un point là. En plus les voisins ont coupé leur radio...

Publié dans Danses avec le La

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sparadra 27/05/2008 11:37

C'est *exactement* ce que je pense ! Il a fait quelques bonnes chansons et a plutôt bien démarré, mais après il est coplètement parti en cacahuète ! Quand je le vois à la télé, je le trouve tout bonnement insupportable. Il est imbu de lui-même, veut se faire maintenant passer pour un gros déconneur alors que ça ne fait pas naturel, et est tombé dans la soupe aseptisée. Le succès lui est probablement monté à la tête et il nous fait à mon avis une grave crise identitaire. C'est clair que pour des habitués à la simplicité et l'humilité de Jean-Jacques Goldman, ça détonne...

Nico31 22/05/2008 22:06

Je suis d'accord avec toi sur certains points mais je te trouves sevère tout de même...Cependant je ne pense pas que ce soit Obispo qui prend la relève de JJG . Il n'est pas là assez souvent.Zazie , Bruel ... C'est ça la relève ...