Casse-Noisette à L'Opéra de Paris

Publié le par Amélie

Pour beaucoup de grandes compagnies, Casse-Noisette est le ballet incontournable des fêtes de Noël. Mais l'Opéra de Paris échappe à cette règle, puisque cela faisait 5 ans que le ballet n'avait pas été donné.

Malgré beaucoup de représentations annulées ou perturbées à cause des grèves, j'ai pu assister à une soirée, avec dans les rôles principaux Myriam Ould Braham et Jérémie Bélingard.

Tout s'annonçait sous un auspice très pipole. Dès le 1er acte, Brigitte Lefèvre, Elisabeth Platel, Elisabeth Maurin et Aurélie Dupont, le ventre légèrement arrondie, se sont assises à deux sièges de nous.

Il n'y a pas à dire, Casse-Noisette possède un vrai charme, malgré  une histoire un peu faible. Des décors hypers soignés (ahh, la fausse neige), un corp de ballet très enthousiaste, des Petits Rats très expressifs et heureux de danser... La magie opère dès les premières notes !
J'ai particulièrement aimé le premier acte, où les enfants sont vraiment mis à l'honneur. Mais aussi les Flocons, la Danse arabe (qui a remporté un beau succès du côté de l'applaudimètre) et la variation de la Fée Dragée particulièrement envoûtante.

Du côté des Etoiles, Myriam Ould Braham me séduit de plus en plus. Elle a un vrai charme, une vraie présence, elle a su insuffler de la richesse au rôle de Clara sans trop en rajouter du côté technique. Sa variation de la fée Dragée étai vraiment exquise. Elle a tout d'une Grande...

Jérémie Bélingard ne m'a fait ni chaud ni froid. Il n'a rien raté, mais ne pas spécialement transportée non plus. Leur couple ne fonctionnait pas forcément très bien, ils manquaient peut-être de quelques répétitions.

Malgré cette petite faiblesse, la soirée fut vraiment réussie, et la magie a opéré. J'entends (ou plutôt je lis sur les forums) beaucoup de critiques vis à vis de l'Opéra. C'est sûr qu'il y a beaucoup à dire sur le fonctionnement de la Grande Maison, mais quoiqu'il en soit, elle est toujours capable de nous offrir de très belle soirées, d'un très grand niveau artistique et où l'on ne voit pas le temps passer. 

Pour finir, je voulais une vidéo de la Fée Dragée, mais je n'en ai pas trouvé de cette année. Voici donc la Marche des enfants, version 2007.



Publié dans Danses avec la danse

Commenter cet article